Alexandre Dumas

Accueil/Alexandre Dumas
Alexandre Dumas 2017-04-11T17:51:23+00:00

Aucune popularité en ce siècle n’a dépassé celle d’Alexandre Dumas. Ses succès sont mieux que des succès, ce sont des triomphes ; ils ont l’éclat de la fanfare…

Victor Hugo, le 15 avril 1872, à l'occasion du transfert de la dépouille de l'écrivain à Villers-Cotterêts.

Alexandre Dumas est un homme de contrastes, un personnage haut en couleurs, une figure incontournable du XIXème siècle qui ne laisse pas indifférent.

Il est à la fois écrivain prolifique, dramaturge, journaliste à la plume alerte, amateur et critique d’art, voyageur infatigable, éternel amoureux, fin gourmet… Dans tous les dîners et réceptions, on savoure ses récits, sa verve et son humour. Son enthousiasme pour la vie, sa force de travail et sa formidable carrière fascinent.

Homme rare aux multiples facettes, sa vie est un roman…

Les origines de Dumas

Né en 1802 à Villers-Cotterêts, Alexandre Dumas est le fils du général de division Thomas Alexandre Dumas Davy de la Paillèterie et de Marie-Louise Labouret.
Marie-Louise était fille d’un aubergiste local. Le général était, quant à lui, fils du marquis Antoine Alexandre Davy de la Paillèterie, propriétaire à Saint Domingue d’une plantation et de Marie Cessette ‘du mas’, l’une des esclaves noires du marquis.
L’écrivain est par conséquent un quarteron. Il a du sang noir dans les veines, ce qui lui a valu un certain nombre de critiques raciales tout au long de sa vie.
Le père de l’écrivain, Thomas Alexandre, n’avait pas pu s’enrôler dans l’armée sous le nom de son père, il avait alors emprunté celui de sa mère, Marie Cessette ‘du mas’. L’origine du nom de l’écrivain vient donc de sa grand-mère.

L’enfance et la jeunesse de Dumas

Le général Dumas meurt en 1806 alors que Dumas n’a pas encore 4 ans. La famille Dumas reste sans ressources et le petit Alexandre ne reçoit pas d’éducation rigoureuse. Il aime la nature et il est plus à l’aise à la chasse que sur les bancs de l’école. Il devient dans un premier temps saute-ruisseau chez un notaire mais cela ne l’intéresse guère.
Au contact d’Adolphe de Leuven, Dumas rêve de Paris, de théâtre et de la vie mondaine. A 21 ans, sans un sou, il part pour la capitale et découvre ce nouveau monde auquel il aspire…

Devenu copiste à la bibliothèque du duc d’Orléans, Dumas lit beaucoup, va souvent au théâtre et forge ainsi sa culture littéraire.

La vie amoureuse de Dumas

Un teint mat, des cheveux noirs, de splendides yeux bleus…

Il possède une incroyable fougue, un esprit toujours en alerte. Très jeune il séduit et sa vie est jalonnée de liaisons toujours passionnées : Laure Labay, Mélanie Waldor, Belle Kreilssamner, Ida Ferrier, Emma Manoury-Lacour, Isabelle Constant, Marie de Fernand, Emilie Cordier, Olympe Audouard, Fanny Gordon, Addah Menkken…

La liste de ses conquêtes amoureuses est longue. Dumas se marie une seule fois, avec Ida Ferrier, mais leur union ne dure pas. Dumas entretient souvent plusieurs liaisons en même temps. Son attitude est légère, il fait parfois scandale, mais il ne conçoit pas sa vie sans amours.

Sa descendance

En 1824, Laure Labay lui offre un fils, Alexandre. En 1831, Belle Kreilssamner lui donne une fille, Marie-Alexandrine.

Dumas reconnaît en même temps les deux enfants en 1831. Un attachement, souvent troublé par des épisodes orageux, liera les deux enfants avec leur père.

Dumas n’a eu que deux enfants légitimés. Il ne reconnut pas le fruit de ses liaisons avec d’autres femmes et sa descendance légitime est aujourd’hui éteinte.

Une carrière bouleversante

Autodidacte, Dumas se forge sa propre instruction et rêve de gloire dramatique. C’est avec Henri III et sa cour (drame accepté par la Comédie Française en 1828 qui fait un triomphe lors de la première le 11 février 1829) que Dumas devient du jour au lendemain célèbre.
Il a une force de travail considérable et il se lance à corps perdu dans l’écriture : romans, romans historiques, drames théâtraux, récits de voyage… rien ne l’effraie. Il fonde ses propres journaux et il est même l’auteur d’un dictionnaire de cuisine…. Ses œuvres paraissent sous forme de feuilletons dans la presse qui s’enrichit au même titre que l’écrivain. Il s’associe avec un jeune auteur méconnu, Auguste Maquet, qui a des idées et connaît l’Histoire. Maquet écrit une trame, apporte des sujets à développer. Dumas met en œuvre, transforme, fait rebondir l’action, intercale les chapitres. Il sait aborder l’histoire avec panache, inventer des situations rocambolesques, mettre en scène des personnages vrais et passionnés. Il donne sa verve à ses héros. Il « fait du Dumas » et signe seul ses œuvres.

Alexandre Dumas a écrit plus de trois cents volumes et inventé des milliers de personnages.

Dumas conquiert, Dumas fascine.

L’écrivain vit passionnément, avec exubérance et fougue. Il est tour à tour riche et couvert de dettes. Dans sa vie se mêlent le travail, l’amour, la gastronomie, les voyages, les fêtes, les succès éclatants et les défaites. Il s’engage dans la politique, soutient activement Garibaldi. Tout feu, tout flamme, il mène le devant de la scène mais il reçoit par ailleurs de vives critiques.

Dumas meurt en 1870 à l’âge de 68 ans à Puys près de Dieppe chez son fils.

Depuis le 30 novembre 2002, après un hommage national, Alexandre Dumas repose parmi les grands hommes, au Panthéon.

L’auteur est immense, l’homme admirable et le Français exemplaire

Didier Decoin, de l'Académie Goncourt

Dumas est un géant, il est universel

Alain Decaux, de l'Académie française

voir aussi : www.dumaspere.com

>> Visites